À paraître

Éditions Turquoise est une maison d’édition indépendante, créative, dynamique et innovante. Née en 2000 en région parisienne, elle réalise des projets de grande envergure. Vous trouverez dans cette rubrique les informations correspondantes aux ouvrages en préparation, à paraître prochainement.

Struma
72 jours de drame pour 769 juifs au large d’Istanbul

Halit Kakinç

Roman

Traduit du turc par Sophie Massard-Combe avec la collaboration de S. Lucido

Collection « Écriturques »
ISBN 978-2-918823-11-7
Parution : avril 2018
135 × 210 mm. 240 pages.
14 illustrations
Prix :  19.50€

Quatrième de couverture

Automne 1941 : la rumeur de l’arrivée, au port de Constantza, d’un ­navire luxueux ayant pour destination la Palestine, se répand rapidement au sein de la communauté juive du pays. D’aucuns y voient la chance de fuir les persécutions qui se multiplient dans une Roumanie désormais fasciste, collaborant avec les troupes nazies.

En dépit de l’inquiétude que suscite la découverte du Struma, véritable épave, les émigrants espèrent que celui-ci les conduira à bon port. Il ne poussera pourtant jamais au-delà d’Istanbul. Pour l’immense majorité des passagers, mis en quarantaine par les autorités turques et réduits à survivre dans des conditions épouvantables, la mer Noire sera le dernier horizon.

En reconstituant l’histoire personnelle de quelques-uns d’entre eux, l’auteur de ce roman historique ravive la mémoire des milliers de migrants juifs qui cherchèrent à fuir les exactions et l’extermination en Europe de l’Est.

Il rappelle à nos contemporains cet épisode ­- méconnu de la Seconde Guerre mondiale et éclaire les rouages politiques qui conduisirent à l’échec de nombreuses tentatives de l’Aliyah Bet.

Halit Kakinç, né à Ankara en 1952, est journaliste, traducteur et ­écrivain. Après un doctorat ès relations internationales obtenu à l’université d’Istanbul, il a travaillé pour différents journaux en tant que directeur de publication et éditorialiste. Il est l’auteur de plusieurs essais et romans sur l’histoire contemporaine. Struma est son premier roman traduit en français.

Ïrk Bitig
Les petits poèmes miniatures de présages en turc ancien (VIIIe – IXe siècles)

Traduit du turc ancien et présenté par Valy Süleymanoğlu

Collection : « Écriturques »
ISBN : 978-2-918823-13-1
Parution : décembre 2018
155 × 240 mm. 208 pages.
65 photographies des pages d’après originaux
Prix : 28,00 €

Quelques mots

Le « Livre des présages » constitue l’unique manuscrit complet écrit en alphabet Köktürk que l’on connaisse aujourd’hui. Ïrk Bitig est composé de 65 présages en turc ancien accompagnés de leurs traductions dans la présente édition en turc moderne, français et anglais. Découvert par l’archéologue britannique Aurel Stein en 1907 dans le Turkestan oriental (aujourd’hui Dunhuang en Chine), ce petit format (138 x 80 mm) se trouve actuellement au British Museum, à Londres.
Édition comportant pour la première fois les photographies des pages originales ainsi que les traductions en turc moderne, en français et en anglais.

L’Orient dévoilé
Sur les traces de Myriam Harry

Cécile Chombard-Gaudin

Biographie

Collection : « Le temps des femmes »
ISBN : 978-2-918823-17-9
Parution : septembre 2018
155 × 240 mm. 352 pages.
Prix : 24,00 €

Quelques mots

Elle a écrit sur des pays qui sont aujourd’hui au cœur de l’actualité : de la Tunisie à la Turquie, en passant par tout le Moyen Orient. Myriam Harry dévoilait dans ses reportages des années 1920-1930 ce qui s’y joue encore aujourd’hui. Elle témoignait alors des soubresauts de l’entre-deux-guerres, entre rivalités franco-anglaises, recomposition de l’empire Ottoman, arrivée des colons juifs, désir d’émancipation des femmes, tensions entre traditions et modernisme.

Qui était Myriam Harry ? Après une adolescence à Jérusalem entre une mère allemande et un père ukrainien converti à l’anglicanisme, le suicide paternel bouleverse sa vie. Elle se retrouve alors dans une pension berlinoise où elle rêve : elle veut écrire et vivre à Paris. Elle a 18 ans et arrive dans la capitale. 12 ans plus tard ses premiers récits inspirés par les souvenirs de sa jeunesse la révèlent au public. Et elle connaîtra jusqu’à la fin des années 1930 un succès prodigieux avec des romans dont l’exotisme enchante ses lecteurs.

Son nom reste attaché au prix Femina. Elle fut la première lauréate en 1904 avec son roman La Conquête de Jérusalem de ce prix créé par un jury de femmes de lettres après le refus du jury Goncourt d’attribuer leur prix à un « jupon ». Myriam Harry siégera au jury du Femina pendant plus de 50 ans.

 

Cécile Chombard-Gaudin est la seule spécialiste de l’écrivaine Myriam Harry. Après des  études de lettres classiques et de science politique, elle a consacré sa thèse à un aspect méconnu de Jean Giraudoux, son engagement très fort au sein du débat de l’entre-deux-guerres sur l’aménagement des villes et la défense du patrimoine. Parallèlement à ses activités professionnelles passées, de recherche au CNRS, elle s’est passionnée pour Myriam Harry dans sa double expression littéraire : acuité de ses reportages au Moyen Orient et charme de ses romans. Elle a suivi ses voyages et, la première, a remis au goût du jour cette auteure, si célèbre en son temps, si oubliée aujourd’hui.

 

 

La Conquête de Jérusalem

Myriam Harry

Roman

Premier prix Femina 1904

Collection : « Le temps des femmes »
ISBN : 978-2-918823-21-6
Parution : août 2018
135 × 210 mm. 368 pages.
Prix : 18,00 €

Quelques mots

Par « idée de justice », un comité de femmes de lettres crée le prix Vie Heureuse, que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de prix Femina, afin de l’attribuer au roman de Myriam Harry, La Conquête de Jérusalem. En 1904, le jury du prix Goncourt ne se voit pas encore prêt à le décerner à une femme, favorite fut-elle ! Révélée par ce roman critique vis-à-vis de la religion, Myriam Harry défraie la chronique et crée le débat un an avant la loi de 1905 concernant la laïcité. Outre sa dimension délicieusement exotique, le roman relève aux yeux de ses confrères, tel Huysmans, d’une réflexion politique indéniable. Sa réception revêt aujourd’hui un caractère éminemment féministe tant il divisa à l’époque, entre la misogynie acerbe du Goncourt et la ferveur du « régiment de Noailles ».

Cet ouvrage est publié à l’occasion du 60e anniversaire de sa disparition.

Myriam Harry est née en 1869 à Jérusalem où elle a vécu toute son enfance. Arrivée à Paris en 1887 en tant que préceptrice et rédactrice, elle souhaite avant tout devenir écrivaine et intègre rapidement le monde littéraire parisien. Voyageuse émérite (Moyen Orient, Maghreb, Asie, océan Indien,…), elle est l’auteure de nombreux romans et récits sur le monde. Elle est considérée comme l’une des premières femmes reporters.

 

L’Ange de Sibérie
Elsa Brändström

Biographie

Elsa Björkman-Goldschmidt

Collection : « Le temps des femmes »
ISBN : 978-2-918823-20-9
Parution : décembre 2018
155 × 240 mm. 280 pages.
30 photographies
Prix : 22,00 €

Quelques mots

Elsa Brändström, surnommée L’Ange de Sibérie, était une infirmière et philanthrope suédoise née à Saint-Pétersbourg en 1888. Fille de général nommé ambassadeur de Suède à la cour du tsar Nicolas II, Elsa se porte volontaire en tant qu’infirmière sur le front russe lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale. Au service de la Croix-Rouge suédoise par la suite, elle enseigne les traitements médicaux de base aux prisonniers de guerre allemands et autrichiens atteints de la typhoïde dans les camps de Sibérie. Arrêtée à Omsk et accusée d’espionnage par la Russie en 1920 alors qu’elle porte secours aux prisonniers ennemis, Elsa retourne en Suède à sa libération.

Nominée à cinq reprises pour le prix Nobel de la paix dans les années 1920, elle se consacra jusqu’à sa mort aux prisonniers de guerre et aux réfugiés allemands et autrichiens ainsi qu’aux femmes en difficulté et aux orphelins allemands. Cette biographie écrite par l’écrivaine Elsa Björkman-Goldschmidt, son amie d’enfance et la seule à l’avoir suivie dans toutes les étapes de sa vie, est un témoignage unique et riche, illustré d’une trentaine de photographies.

Cet ouvrage est publié à l’occasion du 70e anniversaire de sa disparition et du centenaire de la fin de la Grande Guerre.

Parmi les prisonniers de guerre en Russie
et en Sibérie, 1914–1920

Elsa Brändström

Témoignage

Collection : « Le temps des femmes »
ISBN : 978-2-918823-19-3
Parution : septembre 2018
135 × 210 mm.  280 pages.
60 photographies
Prix : 20,00 €

Quelques mots

La philanthrope suédoise Elsa Brändström relate, à travers ces mémoires de la Première Guerre mondiale, son expérience d’infirmière aux côtés des prisonniers de guerre allemands et autrichiens dans les camps russes et sibériens. On suit les pérégrinations de l’Ange de Sibérie de Saint-Pétersbourg à Omsk en passant par Moscou, de la région du Turkestan à la Suède en passant par la Sibérie. Publié en 1921 en suédois, puis dans sa traduction allemande en 1927, l’ouvrage traduit pour la première fois en français est agrémenté d’une quarantaine d’illustrations, notamment de photographies en noir et blanc et de cartes.

Cet ouvrage est publié à l’occasion du 70e anniversaire de sa disparition et du centenaire de la fin de la Grande Guerre.

Picasso, la paix et la liberté

Beau livre

ISBN : 978-2-918823-15-5
Parution : novembre 2018
210 × 270 mm. 304 pages.
Prix : 28,00 €